Issue 1_Where next? / Par où continuer?


Francesco Casetti, Leonardo Quaresima, Why CINEMA & Cie / Perché CINEMA & Cie


Edited by / Sous la direction de François Jost

Les dernières décennies ont renouvelé profondément la connaissance du cinéma muet et, notamment, du cinéma des origines. Sous la double impulsion des colloques d’Udine et de Domitor, de nouveaux champs se sont ouverts, qui avaient auparavant été presque ignorés par les chercheurs. Il va de soi que cette extension du champ des études sur le cinéma muet a engendré ou, tout au moins, mobilisé de nouvelles méthodes. L’exploration des films eux-mêmes s’est amplifiée sous l’égide des divers festivals con- sacrés aux films retrouvés ou restaurés, les archives se sont ouvertes plus largement et la systématisation de leur consultation est devenue courante. Pourtant, comme le remarque ici Brunetta, il ne suffit pas, pour faire œuvre d’historien, d’accumuler les informations. Encore faut-il savoir comment les organiser, les articuler et pour quoi faire.

La création d’une nouvelle revue est, on l’espère, la fondation d’une nouvelle discur- sivité. Aussi est-elle le lieu privilégié pour jeter un regard rétrospectif sur les recherch- es qui l’ont précédée, pour pratiquer un retour épistémologique, afin d’inventorier les terrae incognitae comme les méthodes qu’il faudrait mettre en œuvre pour les explorer.

Dans cette perspective, G. P. Brunetta, considérant qu’il ne faut rien perdre de nos pat- rimoines cognitifs sur l’histoire du cinéma, nous propose de tirer la leçon des pères que furent Sadoul et Mitry, dont le principal mérite fut de “la préoccupation constante de nous fournir un point de vue”.

Tous les auteurs ici réunis ont cette ambition. Point de vue rétrospectif sur les méth- odes mises en œuvre, d’abord, et sur les questions que nous pose encore le cinéma des débuts (Elsaesser, Jost). Point de vue sur la périodisation et sur la possibilité de l’artic- uler à un modèle théorique (Gaudreault, Marion). Point de vue sur les amnésies de l’his- toire et de la théorie, qui nous ont fait oublier des champs entiers, comme dans le cas du (discours sur le) titelloser Film (Quaresima). Sur les intersections du nouveau et de l’an- cien, qui sont à la base de ce nouveau produit de masse que fut le cinéma (Abel). Point de vue, enfin, sur ce que pourrait être une histoire de l’œil qui ne se limiterait pas à raisonner en termes d’influences entre les arts (Albera).

On le voit, les regards se croisent ici plus qu’ils convergent vers un objet rassurant, monolithique et déjà constitué. Mais la tâche de l’histoire comme de la théorie n’est-elle pas de construire sans cesse leur objet, et celle du lecteur de décider par où continuer?

François Jost, Présentation

François Jost, Pourquoi le cinéma des débuts?

Thomas Elsaesser, Writing and Rewriting Film History: Terms of a Debate

André Gaudreault, Philippe Marion, Le Cinéma naissant et ses dispositions narratives

Leonardo QuaresimaAbsolument muet. Le débat sur le titelloser film allemand

Richard Abel, A Marriage of Ephemeral Discourses: Newspapers and Moving Pictures

François AlberaCinéma et arts plastiques

Gian Piero Brunetta, History and Historiography of Cinema


New Studies

Francesco Casetti, Between Textual Analysis and Reception Studies. Negotiation Processes

Paola Valentini, Film and Radio: Background Noise in Italian Cinema of the 1930s

Laura VichiAu péril de la mer, un projet de Jean Epstein


Projects & Abstracts
  • Universiteit Amsterdam (Ivo Blom, PhD Thesis Summary)
  • University of Iowa (Jennifer Wild, PhD Thesis Project)
  • Michèle Lagny, Ouverture d’un chantier de recherche
  • Université de Paris III/CEISME, Centre d’Étude sur les images et les sons médiatiques (UFR Communication Paris III), Università Cattolica di Milano, Università di Firenze, Pavia, Pisa, Udine / Cartography of Film Genres in the Italian Cinema
  • IX Udine International / Film Studies Conference. Film and Its Multiples


Download Full Issue
No. 1, Fall 2001

Leave a Reply